Page d'Accueil | Abonnement | Contacts| Publicité| National|

Dernière Heure

IvoireDépêches

L’actualités Continue
Politique
Editoriale de la semaine
Économie
Sports
GlobActu
Culturama
Société
Fait Divers
TARIFS PROMOTION PUBLICITAIRE
Régional
Dossier du Jour
Interviews
ANNONCES CLASSEES
Libre Opinion
MIDH

 
 

(IVOIRENEWS)- USA-France/ La bataille engagée pour le contrôle des intérêts en Côte d’Ivoire, Par Filbert Rasysyl
image.jpg
ABIDJAN, 05 Juin (IVOIRENEWS)- Pôle stratégique en Afrique de l’Ouest, la Côte d’Ivoire constitue un poids économique important dans la sous région, créant ainsi un engouement des différentes puissances pour le contrôle de ces intérêts. Au lendemain de la conférence de Berlin qui a consacré le partage des colonies africaines, la France s’est adjugée le territoire ivoirien. Mais plus de 40 ans après, les choses semblent lui échapper au profit des Etats-Unis.

Le Président ivoirien Laurent Gbagbo se rendra en visite privée aux Etats-Unis. Avant son départ, des sources bien informées nous indiquent qu’il y a bel et bien des tractations à partir de Paris qui voulait empêcher un tête à tête officiel entre Bush et Gbagbo. Une telle initiative n’est autre que la suite de la bataille pour le contrôle des intérêts en Côte d’Ivoire.

Depuis son accession au pouvoir, le Chef de l’Etat ivoirien s’est refusé de céder tous les contrats d’exploitation de pétrole, de gaz, d’eau, d’électricité, de minéraux à une seule puissance. Toute chose qui a déplu à Paris. En dépit des injonctions de la Droite française, Laurent Gbagbo s’est entêté à ouvrir l’économie ivoirien à la Chine, l’Angola, le Nigeria, l’Israël et les Etats-Unis.

Selon certains observateurs, « il était constaté que la France était entrain de tout perdre ». De quoi à apporter sa caution à un coup d’Etat qui, malheureusement a échoué. A côté de la Mauritanie, où du pétrole a été découvert et dont les Etats-Unis en nt fait leur chasse gardé, l’équipe à Bush veut ajouter la Côte d’Ivoire à son arc.

Fini le colonialisme, place à la mondialisation. Et dans cette optique, c’est au plus offrant que les marchés échoient de plus en plus. Sur ce fait, Paris ne semble pas être mieux placé. Tirant la majorité de son budget des investissements faits sur le continent africain, il impose des forts prix aux consommateurs africains.

Les gouvernants l’ont si bien compris, qu’ils préfèrent se tourner désormais vers l’Asie, aujourd’hui en pôle position en Afrique, même si des monopoles demeurent ça et là. A ce jeu, Washington a observé, mais tarde à se décider pour une bataille directe sur le terrain. Seulement, dans le cas de la Côte d’Ivoire, les Etats-Unis ont perçu des garanties pour des exploitations pétrolières.

Au Conseil de Sécurité, les représentants de ces deux pays, quand il s’agit de la Côte d’Ivoire, ont toujours du mal à s’accorder. Si Paris a obtenu la victoire pour l’envoi des casques bleus, ce ne fut pas le cas pour la poursuite du Président ivoirien devant le TPI après les événements des 25 et 26 mars derniers. C’est à un refus catégorique des Etats-Unis que la France s’est vue opposée.

Mais elle ne savoure pas pour autant vaincu. On se rappelle qu’au lendemain de sa visite officielle en France, le Président Laurent Gbagbo a concédé le Terminal à Container d’Abidjan (TCA), sans respecter les normes de concession. Ce qui a soulevé un tollé général entre lui et les ministres des Infrastructures (limogé) et celui des transports.

Pour le 60è anniversaire du débarquement prévu au mois d’août en France, la rencontre entre Chirac et Gbagbo sera déterminante dans la gestion des affaires politiques et économiques de la Côte d’Ivoire. Seulement, tout dépendra des résultats qu’aura obtenu le Chef de l’Etat ivoirien au cours de son séjour américain.

fyr/yam/sk

Image viewer
Close window

Page d'Accueil | Abonnement | Contacts| Publicité

IvoireNews Agence de Presse,la Source de L'Information Vraie.