Page d'Accueil | Abonnement | Contacts| Publicité| National|

Dernière Heure

IvoireDépêches

L’actualités Continue
Politique
Editoriale de la semaine
Économie
Sports
GlobActu
Culturama
Société
Fait Divers
TARIFS PROMOTION PUBLICITAIRE
Régional
Dossier du Jour
Interviews
ANNONCES CLASSEES
Libre Opinion
MIDH

 
 

(IVOIRENEWS)- Filière café-cacao/ Le Président Gbagbo a-t-il eu tort de donner l’indépendance aux producteurs ?, Par Nadège Kouassi

Les producteurs de café-cacao ont-ils été suffisamment préparés à la gestion café-cacao ? Répondre à cette question revient à analyser la situation actuelle au niveau de ces deux mamelles de l’économie ivoirienne.

En acceptant de prendre en main la gestion de la filière, les producteurs pensaient ainsi jouir convenablement de leurs efforts. C’était vraiment beau de voir des paysans, depuis l’indépendance, conduire les opérations dans un secteur aussi vital pour le développement économique de la Côte d’Ivoire.

Une lourde responsabilité qu’Henry Amouzou, Tapé Doh et autres ont pris l’engagement d’honorer avec la création de structures telles la BCC, le FGCCC, le FRC…Tout semblait parfait. En 2001, soit un an seulement après les reformes, les paysans sont surpris par les résultats. L’épargne est importante et le prix bord champ grimpe.

En 2002, les producteurs, sous le double signe du patriotisme et de la reconnaissance au Président, vont mobiliser 10 Milliards de Fcfa pour soutenir le processus de paix en Côte d’Ivoire. Dès lors, nombreux sont ces intellectuels et analphabètes confondus qui surgiront de partout pour se réclamer producteurs.

Les structures se créent donc, se greffent, se chevauchent. Des clans vont même se former, des querelles intestines se font jour. Des producteurs décrient alors la gestion de la filière. C’est dans ce contexte que naîtra un comité de crise en juillet 2003 pour exiger un séminaire de réflexion à Yamoussoukro (du 15 au 17 octobre 2003).

Au séminaire, les producteurs émettent des inquiétudes, aveu d’impuissance. Ils ont même demandé dans une motion spéciale, que le Chef de l’Etat s’implique dans cette affaire. Oubliant peut-être qu’ils ont eux-mêmes acceptés de gérer la filière.

Les responsables des structures de gestion montrent aujourd’hui leur incapacité à asseoir une véritable stratégie pour assurer un prix rémunérateur aux producteurs. Le FRC a failli à sa mission, alors que des fonds ont été prélevés. L’argent s’est-il volatilisé ?

Avec IVOIRE ECONOMIE

Image viewer
Close window

Page d'Accueil | Abonnement | Contacts| Publicité

IvoireNews Agence de Presse,la Source de L'Information Vraie.