Page d'Accueil | Abonnement | Contacts| Publicité| National|

Dernière Heure

IvoireDépêches

L’actualités Continue
Politique
Editoriale de la semaine
Économie
Sports
GlobActu
Culturama
Société
Fait Divers
TARIFS PROMOTION PUBLICITAIRE
Régional
Dossier du Jour
Interviews
ANNONCES CLASSEES
Libre Opinion

 
 

(Courrier International)- Génocide au Rwanda: Kigali persiste et signe contre la France

"Les faits montrent que la France a armé et entraîné les militaires de l'ancienne armée (rwandaise) et les milices qui leur étaient alliées, dont beaucoup ont participé plus tard au génocide", a déclaré à l'AFP à Kigali Richard Sezibera, envoyé spécial du président rwandais Paul Kagame pour la région des Grands Lacs.


M. Sezibera a repris, presque mot pour mot, les propos tenus la veille à Kigali par le chef de l'Etat rwandais devant 25.000 participants aux commémorations du dixième anniversaire du génocide, qui a fait 800.000 morts selon l'Onu, un million selon Kigali.


Les Français "ont sciemment entraîné et armé les troupes gouvernementales et les milices qui allaient commettre le génocide et ils savaient qu'ils allaient commettre un génocide", avait martelé M. Kagame dans la stade Amahoro.


"Si on s'en tient aux faits, les déclarations qui ont été faites sont fondées", a affirmé jeudi M. Sezibera.


Les propos du président rwandais avaient provoqué un nouvel incident diplomatique entre Paris et Kigali, qui entretenaient déjà des relations excécrables.


Le représentant de la France aux commémorations à Kigali, le secrétaire d'Etat aux Affaires étrangères, Renaud Muselier, a en conséquence anticipé de quelques heures son retour en France mercredi soir, Paris jugeant les accusations de M. Kagame "graves" et "contraires à la vérité".


Jeudi, le nouveau ministre français des Affaires étrangères, Michel Barnier, a annoncé que la France allait "examiner sur le fond la situation".


"On espère bien qu'ils vont étudier le fond du dossier", a répondu M. Sezibera sur le ton de l'ironie. "On espère bien qu'ils vont dire la vérité sur le rôle des militaires et officiers français au Rwanda; et nous espérons que la France ne va plus nier son rôle dans le génocide au Rwanda".


En outre, le ministre rwandais des Affaires étrangères, Charles Murigande, a de nouveau appelé jeudi la France à s'excuser pour son rôle pendant le génocide, comme l'avait demandé mercredi M. Kagame.


M. Muselier "aurait dû pleurer, s'agenouiller et demander pardon" lors des commémorations du génocide, a estimé M. Murigande interrogé jeudi par l'AFP.


A ce jour, la France est le seul pays, parmi ceux pointés du doigt par Kigali pour leur comportement pendant le génocide, à n'avoir pas présenté d'excuses ni demandé pardon au peuple rwandais.


Paris est accusé d'avoir soutenu militairement, même après le début des massacres, le régime extrémiste hutu qui a planifié le génocide contre la minorité tutsie.


La France a en outre lancé au Rwanda en juin 1994, en plein génocide, une opération "militaro-humanitaire" baptisée "Turquoise", dont le rôle est aujourd'hui très controversé. La France affirme avoir ainsi sauvé des vies, tandis que M. Kagame l'accuse d'avoir cherché en fait à protéger des génocidaires hutus, notamment en les exfiltrant vers le Zaïre.


Fin mars, un collectif d'organisations non-gouvernementales françaises a recueilli des témoignages de Rwandais, selon lesquels l'Etat français aurait été complice des massacres.


Enfin, dans un livre publié récemment et intitulé "L'Inavouable", le journaliste français Patrick de Saint-Exupéry a affirmé que des soldats français avaient "formé, sur ordre, les tueurs du génocide tutsi".

Image viewer
Close window

Page d'Accueil | Abonnement | Contacts| Publicité

IvoireNews Agence de Presse,la Source de L'Information Vraie.