Page d'Accueil | Abonnement | Contacts| Publicité| National|

Dernière Heure

IvoireDépêches

L’actualités Continue
Politique
Editoriale de la semaine
Économie
Sports
GlobActu
Culturama
Société
Fait Divers
TARIFS PROMOTION PUBLICITAIRE
Régional
Dossier du Jour
Interviews

 
 

(IVOIRENEWS)- Prochaine commission d’enquêtes/ La FESJOB demande qu’elle étende ses activités aux événements de Broudoumé
ABIDJAN, 22 Mai (IVOIRENEWS)- La Fédération des Jeunes Ressortissants des sous-préfectures de Ouragahio et de Bayota a animé vendredi après-midi, à l’Hôtel de ville du Plateau une conférence de presse, au cours de laquelle elle a recommandé que la prochaine commission d’enquêtes sur les événements en Côte d’Ivoire depuis le 19 septembre 2002, étende ses recherches aux événements de Broudoumé (Gagnoa) survenus les 3 et 4 mars dernier.

Selon Okou Jérémie, président de cette fédération, « il n’existe pas de demi mort » et ceux de Broudoumé doivent être aussi pris en considération. « Surtout que s’il n’y avait pas eu le 19 septembre 2002, il n’y aurait pas eu la guerre et il n’y aurait pas eu les événements de Broudoumé. Tout ces événements sont liés » a-t-il soutenu.

Lors des affrontements dans ce faubourg proche de Ouragahio (région natale du chef de l’Etat), l’on a dénombré officiellement une dizaine de morts, dont des gendarmes. Des allogènes auraient été à l’origine de l’assaut lancé contre le village, sous une pluie battante.

Les autorités politiques et militaires ont exigé l’ouverture d’une enquête qui n’a pas encre livré ses résultats. Les événements du 25 mars ont pour finir, jetés l’affaire aux calendes grecques. Les jeunes de Ouragahio et de Bayota affirment ne pas l’entendre de cette oreille.

fyr

Image viewer
Close window

Page d'Accueil | Abonnement | Contacts| Publicité

IvoireNews Agence de Presse,la Source de L'Information Vraie.