Page d'Accueil | Abonnement | Contacts| Publicité| National|

Dernière Heure

IvoireDépêches

L’actualités Continue
Politique
Editoriale de la semaine
Économie
Sports
GlobActu
Culturama
Société
Fait Divers
TARIFS PROMOTION PUBLICITAIRE
Régional
Dossier du Jour
Interviews
ANNONCES CLASSEES
Libre Opinion
MIDH

 
 

(IVOIRENEWS)- Revendications africaines à Washington
image.jpgWASHINGTON, 27 Avril (IVOIRENEWS)- Les pays riches doivent augmenter leurs aides à destination des pays africains, lever les barrières douanières et donner au continent un plus grand rôle au sein de la Banque mondiale et du Fonds monétaire international (FMI), affirment des ministres africains des Finances.

Si combattre la pauvreté est véritablement une priorité de la communauté internationale, alors l'Afrique devrait constituer également son axe de travail prioritaire, ont déclaré samedi en marge des réunions de printemps de la Banque et du FMI les ministres des Finances de Côte d'Ivoire, du Soudan, du Congo et du Kenya. Dans un rapport rendu public vendredi, la Banque mondiale affirme que la moitié des pauvres de la planète se trouveront en Afrique en 2015.

Pour ces ministres, le manque d'aide au développement est la raison première des difficultés de la communauté internationale à atteindre les Objectifs de développement de l'Onu pour le millénaire, dont l'un consiste justement à réduire de moitié d'ici 2015 la proportion de la population dont le revenu est inférieur à un dollar par jour.

L'économie africaine devrait connaître en 2004 une croissance de 4,8%, ce qui est bien en-dessous des 7% nécessaires pour atteindre cet objectif précis, a déploré Al Zoubeïr Ahmed al Hassan, ministre soudanais des Finances. "Les barrières douanières (...) demeurent discriminatoires envers les pays en développement et restent un obstacle majeur au développement", a dit Hassan. Bohoun Bouabré, son homologue ivoirien, a mis en cause un comportement hypocrite des pays du Nord qui, d'un côté, défendent le libre-échange, et, de l'autre, pénalisent le sud par leurs subventions aux exportations.


"Quand nos partenaires cesseront cette hypocrisie, alors nous pourrons discuter", a dit Bouabré. Les ministres ont également dénoncé le fait que les pays africains soient sous-représentés au sein de la Banque mondiale et du FMI et demandé la création d'un poste de directeur adjoint de la Banque réservé aux Africains. "Nous sommes très déçus par le manque de progrès visible sur la question de la participation des pays développés dans les instances décisionnelles des institutions de Bretton Woods", a dit Hassan.

Ils ont ainsi dénoncé le manque de transparence dans la désignation des directeurs de la Banque et du FMI, regrettant que le premier soit systématiquement américain et que le second soit systématiquement européen. Cette question est particulièrement d'actualité puisque le FMI doit désigner le successeur de son directeur sortant, l'Allemand Horst Köller. L'Espagnol Rodrigo Rato, le mieux placé pour lui succéder, doit rencontrer dimanche les ministres africains.

Dans le système actuel, les pays les plus riches pèsent le plus dans les décisions et sont fortement représentés, et les ministres africains estiment que leur voix n'est pas assez entendue.

d'après reuters

Image viewer
Close window

Page d'Accueil | Abonnement | Contacts| Publicité

IvoireNews Agence de Presse,la Source de L'Information Vraie.